Actualités Finnova

Contact pour journalistes et médias:

Tél. +41 62 886 47 47

Actualités Finnova

  • Finnova prend de l’envergure avec Contovista
    2022-05-16 15:30 - (Finnova AG)

    Lenzbourg, le 16 mai 2022 – L’éditeur de logiciels bancaires lenzbourgeois Finnova AG acquiert la fintech Contovista, sise à Schlieren/ZH. L’opération prend effet rétroactivement au 1er janvier 2022. Les deux entreprises coopèrent déjà depuis des années avec succès. Finnova rachète la totalité des actions Contovista à Viseca, son actuel propriétaire. Le prix d’achat n’a pas été dévoilé.

    Fondée en 2013, Contovista est passée du statut de «first mover» à celui de leader sur le marché du data-driven banking en Suisse. Son logiciel en marque blanche ainsi que ses solutions de données et d’analytique s’intègrent parfaitement aux systèmes bancaires existants. Aujourd’hui, plus de cinq millions de clients utilisent la solution Contovista par l’intermédiaire de ses banques partenaires.

    Pour Finnova et sa clientèle, le data-driven banking est une activité stratégique, au même titre que l’automatisation des services bancaires, la numérisation et les écosystèmes. Avec le Finnova Analytical Framework, Finnova propose d’ores et déjà une offre de solutions de données en forte croissance développée par une équipe de spécialistes. La fusion avec Contovista donne naissance à un département fort d’une cinquantaine d’expertes et experts en données dont le vaste savoir-faire couvre tous les aspects du data-driven banking. Associées au portefeuille de solutions de Finnova et à sa grande expertise dans l’analytique des données et les services bancaires, ces compétences font de l’éditeur de logiciels un partenaire sans pareil pour les banques qui souhaitent mettre en œuvre des modèles d’affaires axés sur les données. L’opération permet par ailleurs à Finnova d’accélérer sa stratégie de croissance. Les offres de Finnova axées sur les données comprennent également des solutions telles que Finnova Data Warehouse ou le système de gestion bancaire Finnova Control®.

    Finnova est désormais présente sur cinq sites: Lenzbourg, Seewen, Coire, Nyon et Schlieren. Elle a adopté le modèle d’organisation «New Work», qui offre une grande liberté aux collaborateurs dans le choix du lieu de travail. Le personnel de Contovista est intégré dans un nouveau département avec l’équipe Finnova Analytical Framework. Ses responsables sont directement placés sous l’autorité du CEO de Finnova, Hendrik Lang.

    «Nous sommes très heureux d’accueillir les collaborateurs de Contovista dans notre entreprise», se réjouit ce dernier. Leur savoir-faire nous permet de développer encore davantage notre activité de data-driven banking. Grâce à cette fusion, nous disposons de 50 collaborateurs qui développent des solutions innovantes d’analytique des données pour notre clientèle. Il n’est pas nécessaire de disposer du système de core banking de Finnova pour exploiter le Finnova Analytical Framework ou les solutions Contovista. Par conséquent, le rachat de Contovista n’a aucune incidence néfaste sur sa clientèle», poursuit le CEO.

    «La vente de Contovista SA s’inscrit pleinement dans notre démarche, qui consiste à recentrer nos activités sur l’émission de cartes de paiement», explique Max Schönholzer, CEO de Viseca. «La stratégie, la culture et le savoir-faire de Finnova en font un propriétaire idéal pour Contovista, capable de pérenniser la réussite commerciale de l’entreprise, dans l’intérêt de ses clients et de ses collaborateurs. Contovista est entre de bonnes mains», conclut-il.

    Communiqué pour les médias Finnova Contovista 220516

  • Finnova remporte le FinTech Breakthrough Award 2022 dans la catégorie «Sécurité des transactions financières»
    2022-03-17 15:00 - (Finnova AG)

    Un prestigieux programme international de récompenses distingue des produits et des entreprises d’excellence dans les technologies financières

    Los Angeles (États-Unis) / Lenzbourg (Suisse), le 17 mars 2022. – FinTech Breakthrough, agence de market intelligence indépendante qui distingue les entreprises, technologies et produits de premier ordre sur le marché mondial des fintechs, a annoncé aujourd’hui qu’elle a élu Finnova meilleure entreprise dans la catégorie «Sécurité des transactions financières» dans le cadre de la 6e édition annuelle des FinTech Breakthrough Awards.

    Les FinTech Breakthrough Awards sont un programme prestigieux qui récompense des fintechs de tous pays pour leurs innovations, leur rôle de premier plan ou leurs qualités de visionnaires. Les prix sont décernés dans plusieurs catégories: opérations bancaires numériques, finances personnelles, prêts, paiements, investissements, regtechs, insurtechs et bien d’autres encore. Le programme FinTech Breakthrough Awards 2022 a suscité l’intérêt de plus de 3950 entreprises dans le monde.

    Finnova, élue meilleure société dans la catégorie «Sécurité des transactions financières», fournit aux banques et aux partenaires une plateforme performante, stable et flexible qui permet de réaliser des opérations bancaires modernes de bout en bout. Grâce à son offre complète de logiciels et de services, Finnova permet aux banques de détail, universelles et privées de trouver leur place sur un marché bancaire en pleine mutation.

    Finnova récompensée pour son Finnova Analytical Framework (FAF) holistique
    Le Finnova Analytical Framework (FAF) est l’une des solutions révolutionnaires de Finnova. Il s’agit d’une plateforme d’analytique unifiée, totalement cohérente et à croissance organique, qui répond à tous les besoins analytiques des établissements financiers modernes. En s’appuyant sur des analyses de données de nouvelle génération, le FAF les aide à identifier précisément et sans délai les risques, menaces et opportunités qui les concernent. Le FAF intervient simultanément et avec cohérence dans de nombreux domaines connexes: analyse des transactions, lutte contre le blanchiment d’argent (LBA), détection et prévention des fraudes, mais aussi cybersécurité et CRM analytique. Il met à profit les avantages que procurent les informations recueillies en permanence dans tous ces domaines.

    Grâce à son approche analytique interdisciplinaire révolutionnaire, le FAF garantit une transparence, une traçabilité et une précision maximales en optimisant les taux de détection et en minimisant les fausses alertes. Par son approche «Understand Your Customer» (UYC), le FAF utilise les mêmes données, interfaces, infrastructure et processus pour établir et mettre constamment à jour un profil comportemental complet et détaillé du client, dont les multiples applications sont liées ou non à la conformité réglementaire.

    La solution Finnova remporte déjà son troisième prix
    Après le Banking IT-Innovation Award 2016 décerné par les Universités de Saint-Gall et de Leipzig et le FinTech Breakthrough Award 2020 remporté dans la catégorie «Meilleure plateforme d’analyse prédictive», le FAF en est déjà à sa troisième récompense. Le prix obtenu cette année dans la catégorie «Sécurité des transactions financières» est principalement attribuable au développement constant des capacités de surveillance des transactions du FAF au cours des dernières années, notamment grâce à des fonctionnalités telles que l’empreinte digitale numérique, le profilage en temps réel basé sur les risques et le traitement des paiements instantanés. Ces développements spécifiques complètent parfaitement l’infrastructure du FAF dédiée à la lutte contre le blanchiment d’argent, à la détection et la prévention des fraudes et à la cybersécurité tout en réaffirmant et en soulignant l’excellente position de la solution sur un marché d’une grande importance.

    L’approche UYC s’impose dans le secteur bancaire
    «Le concept de conformité ‹Know Your Customer› (KYC) prend une tout nouvelle dimension. Il évolue vers une approche globale ‹Understand Your Customer› (UYC)», a déclaré James Johnson, directeur général de FinTech Breakthrough. «La protection des clients, leur satisfaction et l’intégrité des établissements financiers sont au cœur de l’analyse des données appliquée à la sécurité des transactions. Finnova répond à ce besoin avec sa plateforme d’analytique réellement unifiée, qui donne une vue complète et totalement cohérente des menaces, des risques et des opportunités. Félicitations à toute l’équipe de Finnova pour avoir remporté le prix de la meilleure société dans la catégorie ‹Sécurité des transactions financières› en 2022.»

    Repousser les limites et stimuler la croissance des clients
    «Alors que le volume et la vitesse des transactions financières numériques ne cessent d’augmenter, Finnova est fière de fournir des instruments adéquats pour sécuriser ces transactions grâce à son approche produit innovante», se réjouit Simon Kauth, Chief Product Officer de Finnova. Nous assistons non seulement à une hausse du volume et à une accélération des transactions, mais aussi à une montée de la cybercriminalité et des attaques. Cette situation exige la vision globale inhérente à notre framework, qui permet d’agir immédiatement sur les menaces potentielles, même si l’on ne dispose que d’indices.»

    Communiqué Finnova Breakthrough Award 2022

  • FinTech in der Schweiz: Weniger Firmen, mehr Volumen
    2022-03-09 14:00 - (Finnova)

    Die Anzahl Schweizer FinTech-Unternehmen ist im Jahr 2021 zum ersten Mal seit dem Jahr 2015 geschrumpft. Eine genauere Analyse des Sektors zeigt jedoch: Die bestehenden Firmen sind gewachsen. Die diesjährige FinTech-Studie der Hochschule Luzern gibt Einblicke in den dynamischen Finanztechnologie-Markt.

    Die Entwicklung des Schweizer FinTech-Sektors kannte in den letzten Jahren nur eine Richtung: nach oben. Nachdem in der Vergangenheit die Grösse des Sektors, gemessen an der Anzahl aktiver Schweizer FinTech-Unternehmen, Jahr für Jahr zunahm, ist nun für das Jahr 2021 zum ersten Mal ein Rückgang zu verzeichnen. Per Ende 2021 beheimatete die Schweiz 384 FinTech- Unternehmen, was im Vergleich zum Vorjahr einem Rückgang von 21 Unternehmen entspricht, oder aus relativer Sicht einem Minus von rund fünf Prozent (siehe Abbildung 1). Trotz dieser auf den ersten Blick negativen Entwicklung zeigen sich in Bezug auf die Geschäftsmodelle der Unternehmen auch positive Tendenzen. Beispielsweise ist der Medianwert der Anzahl Mitarbeitenden wie auch jener der Gesamtfinanzierung bei Schweizer FinTech-Unternehmen im letzten Jahr angestiegen. Dies, nachdem diese Kennzahlen im letzten Jahr stagnierten, beziehungsweise sich sogar rückläufig entwickelten. Zudem erreichte die Risikokapitalaktivität im Schweizer FinTech-Sektor im Jahr 2021 ein Rekordniveau, sowohl bei der Anzahl der Finanzierungsrunden als auch beim Volumen (siehe Abbildung 2).

    Analytics, künstliche Intelligenz und Big Data sind mehr als Modewörter
    Im Laufe der Jahre haben immer mehr Schweizer FinTech-Unternehmen auf technologische Neuerungen wie Analytics, künstliche Intelligenz oder Big Data gesetzt. Dies steht im Gegensatz zu anderen Technologien, bei denen die Zahl der FinTech-Unternehmen im letzten Jahr rückläufig war. Die Bedeutung von Analytics-Aktivitäten dürfte in Zukunft weiter zunehmen, auch weil das Potenzial der Nutzung von Daten im Finanzsektor zunehmend erkannt, aber noch nicht voll abgeschöpft wird. «Den traditionellen Instituten mangelt es teilweise an entsprechenden Ressourcen und Kompetenzen», sagt Thomas Ankenbrand, Dozent an der Hochschule Luzern und Projektleiter der FinTech-Studie. FinTech-Unternehmen dürften daher auch zukünftig als Zulieferer von entsprechenden Dienstleistungen agieren.

    Eine internationale Strategie zahlt sich aus
    Die Tendenz der FinTech-Unternehmen, sich auf B2B-Geschäftsmodelle zu konzentrieren, hat im letzten Jahr weiter zugenommen. Neben dem verstärkten Fokus auf Geschäftskunden, wie beispielsweise Banken oder andere Finanzdienstleister, sind Schweizer FinTech-Unternehmen vorwiegend international ausgerichtet. «Der wachstumsschwache Schweizer Heimmarkt ist für wachstumshungrige FinTech-Unternehmen oftmals zu klein», gibt der HSLU-Experte zu bedenken. Der Erfolg einer internationalen Ausrichtung zeigt sich auch in der Kursentwicklung der börsennotierten FinTech-Unternehmen weltweit. Seit 2015 ist deren Performance im Vergleich zu national ausgerichteten FinTech-Unternehmen besser. Das Gleiche gilt für Unternehmen, die sich auf Geschäftskunden konzentrieren, im Vergleich zu Unternehmen, die (auch) Privatkunden bedienen (siehe Abbildung 3).

    Nachhaltigkeit wird das neue Normal
    Die Berücksichtigung von Umwelt-, Sozial- und Governance-Kriterien bei finanziellen Entscheidungen ist dabei, zur neuen Normalität zu werden. Im Schweizer FinTech-Sektor haben aktuell relativ wenige Unternehmen einen dedizierten strategischen Nachhaltigkeitsfokus. Die meisten dieser Unternehmen konzentrieren sich auf den Bereich der Vermögensverwaltung und zielen auf alle drei Nachhaltigkeitsdimensionen (ESG: Environmental, Social, Governance) ab.

    Ohne breites Adoptieren von Standards kein Open Finance im Wealth Management
    Auf dem Schweizer Finanzplatz zeichnet sich ein Trend in Richtung offener Finanzökosysteme (Stichwort «Open Finance») ab. «Insbesondere im Bereich des Wealth Management bietet Open Finance gute Erfolgschancen», sagt Ankenbrand. Die Gründe dafür sind laut den Studienautoren die globale Marktgrösse und der Schweizer Marktanteil. Zudem haben gemäss der in der Studie durchgeführten Umfrage die Schweizer Banken das Potenzial von Finanzökosystemen als zukünftiges Geschäftsmodell bestätigt. «Um dieses Potenzial zu realisieren, ist jedoch ein breites Adoptieren gemeinsamer Standards notwendig, mit der sich die Banken und FinTech- Unternehmen derzeit schwertun, auch wenn entsprechende Initiativen und skalierbare Plattformen in der Schweiz bereits vorhanden und in Betrieb sind», so Ankenbrand.

    Verhilft das Metaverse der Blockchain-Technologie zum Durchbruch?
    Das Metaverse, welches, einfach ausgedrückt, als Weiterentwicklung des Internets zu einer dreidimensionalen virtuellen Welt beschrieben werden kann, wird von der Spieleindustrie sowie von BigTech- und Blockchain-Unternehmen vorangetrieben. Auch wenn die Motive und Ziele unterschiedlich sind, zeichnet sich eine Stärkung der Eigentums- und Verfügungsrechte an Daten durch dezentrale Strukturen ab. Thomas Ankenbrand: «Die Blockchain-Technologie kann hierbei eine zentrale Rolle spielen. Einen ersten Vorgeschmack darauf konnte der im letzten Jahr beobachtete Hype um Non-Fungible-Token (NFTs) geben.»

  • Finnova simplifie pour ses banques la liaison à bLink, la plateforme d’Open Finance de SIX
    2022-01-26 07:30 - (Finnova AG)

    Zurich/Lenzbourg, 26.01.2022 -. Finnova et SIX ont choisi de coopérer sur le plan technique dans le domaine d’Open Finance. Les banques suisses qui s’appuient sur le système de noyau bancaire de Finnova peuvent dorénavant se relier sans aucune difficulté à bLink, la plateforme d’Open-Finance de SIX, par l’intermédiaire d’un hub API. À partir de cette année, les portes de l’écosystème Open Finance sont grandes ouvertes pour une majeure partie de la place financière suisse. Les deux prestataires d’infrastructure s’accordent à dire qu’ils accélèrent ainsi en Suisse le développement et l’adaptation des modèles commerciaux basés sur des API.

    Les plateformes, telles que bLink de SIX, jouent un rôle important dans la mise en œuvre d’Open Finance sur la place financière suisse. Finnova, l’une des sociétés majeures de l’édition de logiciels et la prestation de services dans le milieu bancaire suisse, en est également convaincue et met à disposition une liaison backend uniforme pour les API de bLink dans le cadre d’une coopération technique. Elle assure ainsi des conditions techniques homogènes et efficaces pour les banques qui se connectent à la plate-orme en utilisant le système de noyau bancaire Finnova.

    bLink a continué à se développer au cours des derniers mois. Aux API existantes dédiées aux informations de compte et aux livraisons de paiement sont venues s’ajouter trois interfaces standardisées dans le domaine de la gestion de fortune. Par ailleurs, divers nouveaux participants se sont connectés à la plateforme, avec parmi eux la banque cantonale de Saint-Gall ainsi que bexio. Sven Siat, Head Connectivity chez SIX et responsable de la plateforme bLink, est convaincu que «la coopération avec Finnova va conférer un élan supplémentaire aux évolutions que connaît actuellement la Suisse». «Ces derniers mois, nous avons réalisé un important travail de fond afin que chaque banque intéressée en Suisse puisse se relier à bLink sans problème et de manière efficace. Nous avons à présent franchi cette étape avec les coopérations existantes de SIX avec Swisscom et Inventx. Dorénavant, bLink permet une mise en œuvre globale et coordonnée de l’Open Finance, depuis l’intégration des API dans le système de noyau bancaire des banques jusqu’à la liaison de partenaires tiers.»

    Finnova a œuvré activement en faveur du thème de l’Open Finance ces dernières années. Au regard du développement de plus en plus dynamique de la demande en Open Finance, Finnova et SIX suivent toutes deux une stratégie multidimensionnelle avec des partenaires professionnels et des solutions évolutives et sécurisées. Afin de satisfaire aux différentes stratégies d’ouverture ainsi qu’à l’environnement hétérogène des opérateurs des établissements financiers au sein de la communauté Finnova, Finnova développe sa propre offre d’Open Banking-as-a-Service, qui fait office de hub API.

    «La liaison bLinkBackend est le dénominateur technique commun pour une liaison garantie sur le plan technique et sécurisée des établissements financiers de la communauté Finnova à la plateforme Open-Finance de SIX. La coopération avec SIX est ainsi un pas logique de plus pour conférer un élan supplémentaire au thème de l’Open-Banking en Suisse. En développant notre propre offre d’Open Banking-as-a-Service en direction de bLink, Finnova propose une solution complète d’Open-Banking-as-a-Service intégrée jusqu’au système de noyau bancaire», explique Sven Biellmann, Product Manager Open Finance.

    Maintien de la libre concurrence – tout à l’avantage des banques

    L’accès à la plateforme bLink se fait, selon le choix de la banque, par les hubs API indépendants de Finnova, Swisscom ou Inventx. Ils prennent en charge pour l’établissement financier la gestion de l’API ainsi que la mise en œuvre du flux de consentement demandé. Finnova assure pour les opérateurs concernés l’intégration des API bLink dans leur système de noyau bancaire. La nouvelle coopération entre Finnova et SIX offre ainsi un dénominateur technique homogène pour leurs projets d’Open-Banking individuels.

    Les offres complémentaires d’Open-Banking des hubs participants restent soumises à la stricte libre concurrence. Cela génère une valeur ajoutée supplémentaire pour les banques participantes puisqu’elles peuvent, grâce à la mise en œuvre d’une seule liaison, obtenir directement les prestations choisies de plusieurs plateformes indépendantes ou en proposer elles-mêmes.

    Finnova Open-Banking-as-a-Service

    Au moyen de l’offre Open-Banking-as-a-Service de Finnova, les banques qui utilisent le logiciel de banking de Finnova peuvent, de manière simple, efficace et sécurisée, se connecter à des fintechs, des entreprises tierces ainsi que des plateformes d’Open-Banking par le biais d’API Open standardisées. Par ailleurs, l’offre permet de mettre en œuvre des modèles commerciaux basés sur des plateformes, de se connecter efficacement dans des écosystèmes tiers et se mettre en réseau pour de nouvelles coopérations et pour réaliser de nouveaux modèles commerciaux avec des partenaires extérieurs. L’objectif est de créer des prestations innovantes et intéressantes ainsi que des expériences utilisateurs cohérentes pour la clientèle bancaire (mot-clé «Embedded Finance»).

    Avec l’extension prévue de l’offre existante, à savoir l’intégration de la plateforme bLink d’Open-Banking, Finnova accède au principal écosystème Open Banking de la place financière suisse.

    bLink de SIX

    Avec bLink, SIX met à disposition de la place financière suisse une solution complète d’Open-Finance pour les échanges standardisés de données et de services au moyen d’interfaces ultra-modernes (API). Les banques et les prestataires de solutions fintech et de solutions logicielles se connectent par l’intermédiaire de la plateforme, simplement et de manière sécurisée. Cela permet à leurs participants de mettre en œuvre sur le marché des offres évolutives innovantes basées sur l’API et destinées aux clients privés et aux clients commerciaux.

    Ce faisant, un pack de prestations complet permet de construire efficacement des partenariats et de nouveaux écosystèmes: un cadre contractuel uniforme au lieu de contrats individuels garantit une meilleure efficacité, un audit d’admission normalisé de fournisseurs tiers assure une sécurité maximale, une gestion numérique du consentement garantit un contrôle et une transparence entiers pour le client final et des interfaces modernes (API) assurent une connexion technique fiable.

    Communiuqé 220126 Finnova bLink SIX

  • Banking in der Schweiz: hohe Qualität - ohne Begeisterung bei Kunden
    2021-11-25 13:15 - (Finnova AG)

    Viele Kundinnen und Kunden der Schweizer Retailbanken sind zufrieden mit der Qualität ihrer Hausbank. Trotzdem gelingt es nur wenigen Banken, die Kundinnen und Kunden zu begeistern und an sich zu binden. Dies führt zu einer Offenheit gegenüber günstigen Angeboten von Neobanken. Das zeigt eine Studie der Hochschule Luzern zum Schweizer Retailbanken-Markt.

    Nur eine von fünf Personen würde ihre Bank weiterempfehlen
    Im Rahmen der IFZ Retail-Banking-Studie wurden 78 Geschäftsleitungsmitglieder von Schweizer Banken sowie 694 Bankkundinnen und -kunden zur Zufriedenheit mit den Produkten und Dienstleistungen befragt. Insgesamt sind die Kundinnen und Kunden sehr zufrieden mit ihren Hausbanken und die Wechselbereitschaft ist tief. Nur etwas mehr als ein Prozent plant, die Hauptbankbeziehung zu wechseln. Gleichzeitig würden aber lediglich 18 Prozent der Bankkundinnen und -kunden «ihre» Bank Freundinnen und Freunden weiterempfehlen. Andreas Dietrich, Professor für Banking and Finance an der Hochschule Luzern, sagt dazu: «Die Banken liefern in guter Qualität. Begeisterungs- und Empfehlungsfaktoren, welche die Basis für eine Weiterempfehlung sind, fehlen aber fast gänzlich.»

    Preis vor Service: Neobanken gewinnen Kundinnen und Kunden
    Die Studie identifiziert also einen grossen Anteil von zufriedenen Kundinnen und Kunden, die aber keine starke Bindung zur Hauptbank haben. Vor diesem Hintergrund erstaunt es nicht, dass neue Marktteilnehmer im Finanzsektor – sogenannte Neobanken – mit kostengünstigen Angeboten auch in der Schweiz in kurzer Zeit sehr viele Neukundinnen und -kunden gewinnen konnten. «Passiv zufriedene Kundinnen und Kunden sind oftmals preissensitiv und entsprechend offen für kostengünstige Angebote von Neobanken», so Dietrich. Aktuell bezeichnen lediglich rund ein Prozent der Schweizerinnen und Schweizer eine Neobank als Hauptbank. Das werde sich in den kommenden Jahren ändern, sind sich die Studienautoren sicher.

    Wer ist die beste Bank im Land?
    Die Retail-Banking-Studie untersuchte in diesem Jahr die Jahresabschlüsse von 90 Instituten. Basierend auf neun Kennzahlen wurde die aus Zahlen-Sicht beste Retailbank ermittelt (siehe Tabellen im Anhang). Aufgrund der grossen Unterschiede zwischen den Banken (zum Beispiel in Bezug auf Grösse oder Produktangebot) wurden die Banken erstmals in Grössenklassen eingeteilt. Dabei schlossen die Caisse d’Epargne d’Aubonne (Bilanzsummen bis 1.5 Milliarden Franken), die Bank EEK (1.5-3.0 Milliarden Franken), sowie die Kantonalbanken aus Nidwalden (3-12 Milliarden Franken), Schwyz (12-25 Milliarden Franken) und Graubünden (Bilanzsumme über 25 Milliarden Franken) am besten ab. Die Studie enthält auch eine Analyse nach Grossregionen der Schweiz, wobei sich deutliche regionale Unterschiede zeigten. So liegt beispielsweise die durchschnittliche Zinsmarge von Retailbanken in der Zentralschweiz bei 1.01 Prozent – in der Genferseeregion hingegen bei 1.26 Prozent.

    Frauenanteil: Steigend in Verwaltungsräten und Geschäftsleitungen
    Im letzten Teil der Studie wurde die Corporate Governance von 73 Banken analysiert. Wie sich unter anderem zeigt, ist der Frauenanteil in den Verwaltungsräten und Geschäftsleitungen nochmals angestiegen. Die Zahl der Frauen in den Verwaltungsräten nahm innerhalb eines Jahres von 130 auf 132 zu und liegt inzwischen bei 25 Prozent. Bei den neu gewählten VR-Mitgliedern beträgt der Frauenanteil in den letzten sieben Jahren 34 Prozent. Bei den Geschäftsleitungen nahm die Zahl der Frauen von 28 auf 32 zu. Der Frauenanteil in den Geschäftsleitungen ist allerdings mit zehn Prozent immer noch viel tiefer als in den Verwaltungsräten.

    Die 220-seitige «IFZ Retail Banking Studie 2021» kostet 290 Franken und kann unter ifz@hslu.ch bestellt werden.

    Finnova ist seit 10 Jahren Partner des IFZ und ermöglicht, die Studienreihe zu realisieren.

    MM Hochschule Luzern 25.11.21